L'histoire du Temple de Jérusalem

Introduction

Qu'est-ce qu'un Temple? Le Temple est la clé de voûte de l'ordre cosmique. C'est la maison où réside la divinité, c'est à la fois le lieu où le ciel et la terre se touchent (sur le plan vertical) et le centre de l'espace géographique (sur le plan horizontal); en même temps, le Temple est la représentation du cosmos, et c'est pourquoi les textes de la Bible comme ceux d'autres civilisations du Proche-Orient en détaillent la forme, les dimensions et les matériaux.

Intérieur du Saint des saints dans le Temple d'Arad

Représentation du Temple de Jérusalem

Pour construire le Temple, il fallait donc une connaissance parfaite de l'ordre cosmique, c'est-à-dire une sagesse exceptionnelle. Le roi Salomon est décrit comme le roi sage, d'une sagesse que Dieu lui-même lui a transmise (relire 1 Rois 3) et c'est pourquoi il est à même de pouvoir édifier le Temple. Un jour, une reine venue du sud de la péninsule arabique, du royaume de Saba, vint précisément à Jérusalem pour mettre la sagesse de Salomon à l'épreuve (relire 1 Rois 10). Le récit nous dit que la reine de Saba vit précisément "la sagesse de Salomon et la maison qu'il avait construite" (1 R 10,4), c'est-à-dire le Temple.  

Le Temple de Jérusalem, selon la Bible fut donc bâti par Salomon avec une magnificence extrême. Selon le description qui en est faite dans l'Ancien Testament, le Temple de Salomon (ou premier Temple) se divisait en 4 parties : le Parvis des Gentils, le Parvis des Juifs, le Parvis des Prêtres, où les Lévites étaient seuls admis, le Sanctuaire ou Saint des Saints, séparé du reste par un voile immense, et dans lequel le grand prêtre pouvait seul entrer une fois par an : c'est là qu'était renfermée l'Arche d'alliance.

Détruit par Nabuchodonosor en -586, le premier Temple, ou Temple de Salomon, fut rebâti sous Cyrus vers -520, après le retour de la captivité, par Zorobabel. Enfin, Hérode le Grand le reconstruisit tout à neuf 46 ans av. J.-C. Ce second Temple (les Juifs ne le distinguent pas du Temple de Zorobabel), ou Temple d'Hérode, fut détruit par Titus en l’an 70 de notre ère.

La reine de Saba en visite auprès de Salomon, à Jérusalem, gravure de Gustave Doré

le temple de salomon

Selon le texte biblique (1 R 6-7), seule source à ce sujet, les données archéologiques étant très minces sinon nulles, Salomon consacra à l'édification du temple les immenses richesses que son père, David, lui avait laissées, et l'or pur que ses flottes lui rapportaient d'Ophir. Le roi de Tyr lui fournit un grand nombre d'ouvriers pour couper les cèdres et les sapins du mont Liban. Il lui envoya aussi un habile artiste de ses États, nommé Hiram, homme habile pour toutes sortes d'ouvrages de gravure et de ciselure, et Salomon lui confia la conduite de tout l'ouvrage. Les travaux furent poussés avec tant d'ardeur, que l'édifice fut achevé en sept ans et demi.

Les parvis

Le lieu choisi pour son emplacement fut un coteau du mont Sion, appelé Moria, qu'on fut obligé d'aplanir. Son entrée était du côté de l'orient, et la partie la plus sainte du temple regardait l'occident. Le temple proprement dit consistait dans ce qu'on appelait le sanctuaire, le saint et le vestibule.

 

Mais il comprenait aussi trois parvis : celui des Gentils, celui d'Israël et le parvis des prêtres. La plate-forme sur laquelle il avait été bâti avait en carré 600 coudées (ou 333 mètres). Cet espace était environné d'une muraille haute de six coudées et large d'autant.

Au-delà de cette muraille était le parvis des Gentils, large de 50 coudées, après lequel on voyait un grand mur qui environnait tout le parvis d'Israël ; ce mur avait 500 coudées en carré. Le parvis d'Israël, qui avait cent coudées en carré, était tout environné de galeries magnifiques, soutenues par deux ou trois rangs de colonnes. Il y avait quatre portes dont chacune regardait un des quatre points cardinaux du monde ; elles étaient toutes de même forme et de même grandeur, et on y montait par sept marches. Le parvis était pavé de marbre de différentes couleurs, et n'avait aucune toiture, mais le peuple pouvait se retirer sous les galeries.

Le mont Sion ou Moria qui domine la ville de Jérusalem

Les trois parvis du Temple

Le parvis des prêtres était placé au milieu du parvis du peuple ; c'était un carré parfait. Il était environné par dehors d'une grande muraille de cent coudées en carré; et au dedans, c'étaient des galeries couvertes et des appartements tout autour, pour le logement des prêtres, et pour serrer les provisions nécessaires à l'usage du temple. Il n'avait que trois portes, à l'orient, au septentrion et au midi ; et l'on y montait par des escaliers de huit marches. Devant et vis-à-vis la porte orientale du parvis des prêtres, était placée, dans le parvis d'Israël, la tribune du roi, qui était une estrade magnifique, où le prince se tenait quand il venait au temple.

Au dedans du parvis des prêtres, et vis-à-vis la même porte orientale, était l'autel des holocaustes, de douze coudées en carré, ou de dix coudées de haut et vingt de large ; on y montait par un escalier du côté de l'orient. Au-delà, et au couchant de l'autel des holocaustes, était le temple proprement dit, édifice couvert, haut de trente coudées, long de 60, d'orient en occident, et large de vingt, du septentrion au midi ; c'est-à-dire qu'il avait 33 mètres en longueur, 16 mètres et demi de hauteur et onze mètres de largeur.

L'autel des holocaustes à droite

Le Temple proprement dit

 

La longueur du temple était partagée en trois parties, à savoir : le sanctuaire, le saint et le vestibule. Le sanctuaire, où était placée l'Arche d'alliance, et qui était le lieu le plus sacré du temple, avait 20 coudées en carré, c'est-à-dire onze mètres. Le saint avait 40 coudées de long sur vingt de large (22 mètres de longueur sur 11 de largeur). Le vestibule était de 20 coudées de large sur dix de long (11 mètres sur 5 mètres et demi). Cet édifice n'était ouvert que du côté de l'orient ; ou y montait par un escalier de huit marches. Autour du saint et du sanctuaire régnaient trois étages de chambres au nombre de trente-trois.

Au-dessus du toit ou de la plate-forme qui couvrait ces chambres, on voyait les fenêtres qui donnaient du jour au-dedans du temple. Elles n'étaient pas fermées de vitres, mais seulement de treillis ou jalousies à la manière du pays, et leur hauteur était de cinq coudées. La toiture du temple était composée de bonnes poutres ou de bons madriers de cèdre ; il était en plate-forme, ainsi que tous les autres toits de la contrée. Le dedans du temple était aussi lambrissé de même bois depuis le pavé jusqu'au haut le pavé était de marbre précieux, sur lequel on mit du sapin, que l'on couvrit ensuite de lames d'or. Tout le dedans du sanctuaire et du saint était couvert de lames d'or attachées avec des clous d'or, dont chacun pesait 50 sicles.

Le bâtiment du Temple

L'intérieur du Temple

Le Saint et le saint des Saints

Au-dedans du sanctuaire et du saint, Salomon fit faire, le long du mur ou du lambris, des chérubins d'or et des palmiers de même métal, qui étaient rangés alternativement d'espace en espace, en sorte que tout le pourtour était orné de ces palmiers, qui servaient comme de pilastres, et de ces chérubins qui avaient deux ailes étendues d'un palmier à l'autre, et deux faces, l'une de lion et l'autre d'homme, qui regardaient l'une à droite et l'autre à gauche. Outre ces chérubins qui étaient adhérents aux murs du temple, il y en avait deux autres dans le sanctuaire, qui étaient dressés au milieu, et qui, étendant leurs ailes du nord au midi, occupaient toute la largeur. L'aile d'un chérubin touchait à la muraille d'un côté, et celle du second chérubin touchait à la muraille opposée ; leurs autres ailes venaient se joindre au milieu du temple, comme pour mettre à couvert d'une façon respectueuse l'Arche d'alliance.

Le sanctuaire était séparé du saint par une muraille qui s'élevait depuis le plein pied jusqu'au haut, et qui était ornée d'ais de cèdre couverts de lames d'or. On entrait du saint dans le sanctuaire par une porte de bois d'olivier, ouvragée, comme le reste, avec des chérubins et des palmiers, et couverte de lames d'or. Elle se fermait avec une chaîne d'or, et par-devant était tendu un voile précieux, tissu de différentes couleurs, et de tout ce qu'il y avait de plus riche. Le saint n'était séparé du vestibule que par un grand voile de différentes couleurs, et orné de diverses représentations de fleurs et autres dessins de même genre, mais non de figures d'hommes ou d'animaux, dans leurs formes naturelles.

Chérubin ou Taureau androcéphale ailé de profil, tourné vers la gauche. Bas-relief de la façade m, porte k, du palais bâti par Sargon II à Dur Sharukin, en Assyrie (actuelle Khorsabad).

Muraille séparant le Saint du saint des Saints

A : Vestibule

B : Saint

C : Saint des saints

A l'entrée du vestibule étaient deux colonnes de bronze, hautes de dix-huit coudées, creuses et épaisses de quatre doigts. Leurs chapiteaux, qui avaient chacun cinq coudées de haut, étaient ronds et ornés en manière de réseaux ou de branches entrelacées. Au-dessus et au-dessous de ces réseaux régnait un rang de pommes de grenades composé de cent grenades. Le tout était surmonté d'une forme de lis ou de rose, haute d'une coudée, qui terminait le chapiteau ; car il semble que ces colonnes ne supportaient rien, et n'étaient là que pour l'ornement.

Représentation de l'arche de l'alliance, 

synagogue de Capharnaüm, 4è siècle.

Photo : E. Pastore

Il n'y avait dans le saint des saints ou sanctuaire, que l'Arche d'alliance sous les chérubins, comme nous l'avons dit plus haut. Dans le saint étaient dix chandeliers d'or, cinq de chaque côté ; il y avait aussi dix autels placés entre les chandeliers, et dont cinq étaient pour les parfums, et cinq pour les pains de proposition.

Représentation de l'arche de l'alliance

L'autel des holocaustes

L'autel des holocaustes était placé, devant l'entrée du vestibule ; entre cet autel et les degrés qui conduisaient au vestibule étaient dix bassins, cinq à la droite et cinq à la gauche du temple. Ils étaient montés sur des piédestaux et portés sur des roues d'airain, afin qu'on pût les mener d'un lieu à l'autre, suivant le besoin. Ces vases étaient doubles et composés d'une espèce de vase carré, formant un bassin destiné à recevoir l'eau qui tombait d'une autre coupe ou vase placé au-dessus, et d'où l'on tirait l'eau par des robinets. Tout l'ouvrage était de bronze ; le bassin carré était orné de lions, de bœufs et de chérubins.

Plus près de l'autel des holocaustes à l'orient, en tirant un peu vers le midi, fut placée la mer d'airain. C'était un immense vase de bronze, destiné à conserver l'eau dans le temple pour l'usage des prêtres. Ce vaisseau avait dix coudées de diamètre, et trente de circonférence, car il était rond et de la profondeur de cinq coudées. Le bord en était orné d'un cordon, et embelli de pommes ou boules en demi-relief. Le pied était un parallélipède creux de dix coudées en carré, et de deux coudées de haut.

 

Le vase fut nommé la mer à cause de sa vaste capacité. Il était appuyé sur douze boeufs de bronze, disposés en quatre groupes de trois boeufs, dirigés vers les quatre parties du monde, et laissant entre eux quatre passages, qui rendaient le bassin accessible par-dessous la mer, où les prêtres allaient se purifier. On tirait l'eau du vase par quatre robinets qui la versaient dans le bassin.

 

Le temple bâti par Salomon fut brûlé par Nabuchodonosor, roi de Babylone, en 586 avant J.-C., soit 420 ans après sa dédicace. On jeta les fondements d'un nouveau temple, le Temple de Zorobabel, sur les fondements de l'ancien, vers -520 ; mais il fut loin d'avoir la splendeur du premier.

Autel des holocaustes à cornes, Bersheva

Photo : E. Pastore

Autel des holocaustes, Arad

La mer d'airain

le temple d'hérode

Le roi Hérode fit agrandir et embellir le Temple avec la plus grande magnificence, quelque temps avant la naissance de Jésus, et la construction en était à peine achevée lorsqu'il fut détruit pour toujours en 70, par Titus, fils de l'empereur Vespasien.

Représentation du Temple embelli et agrandi par Hérode

L'historien Josèphe est prodigue en exagérations pour exprimer la splendeur du Temple de Jérusalem. A le lire, le nombre des vases et des instruments d'or et d'argent, qui se trouvaient dans le temple était de 10.000 chandeliers d'or, dont il y en avait un dans le saint qui brûlait nuit et jour; il y avait 80.000 tasses d'or, pour faire les libations de vin ; 100.000 bassins d'or et 200.000 d'argent ; 80.000 plats d'or, dans lesquels on offrait sur l'autel de la farine pétrie ; 160.000 plats d'argent pour le même usage ; 60.000 plats d'or, dans lesquels on pétrissait la fleur de farine avec de l'huile, et 120.000 plats d'argent pour le même usage ; 20.000 hins ou assarons d'or, pour contenir les liqueurs qu'on offrait sur l'autel, et 40.000 d'argent ; 20.000 encensoirs d'or, dans lesquels on portait l'encens dans le temple, et 50.000 autres dans lesquels on portait du feu. Le même auteur prétend que Salomon fit faire mille ornements pour l'usage du grand prêtre, consistant en robes, éphod, pectoral et le reste ; dix mille robes de fin lin, et autant de ceintures de pourpre ; pour les prêtres, 200.000 trompettes et autant de robes de fin lin ; pour les lévites et les musiciens, 400.000 instruments de musique de ce métal précieux, que les Anciens nommaient electrum.

A : Palais d'Hérode

B: Temple d'Hérode surplombé par la forteresse Antonia à gauche C.

D : Porte des prêtres

E : Entrée des fidèles

Entrée des prêtres (Reconstitution de l'arche appelé de Robinson, dont une partie est encore visible aujourd'hui)

Entrée des fidèles. Les fouilles ont permis de mettre à jour le reste des escaliers du 1er siècle.

Photo: E. Pastore

Il ajoute que s'il arrivait que les habits des prêtres fussent déchirés, ou s'il s'y trouvait la moindre tache, il n'était permis ni de les raccommoder ni de les laver pour s'en servir ; on en prenait d'autres qui étaient neufs, et, avec les vieux, on faisait des mèches pour les lampes. Ce détail, s'il est exact, aurait suffi pour donner une haute idée de la magnificence qui brillait dans cet auguste temple.

Original

Photos : E. Pastore

On a retrouvé le panneau de séparation entre les parvis. Il indique que les non-juifs ne sont pas autorisés à aller au-delà de cette limite, sous peine de mort. Le panneau se trouvait dans le parvis des gentils, à l'entrée du parvis réservé aux juifs.

Le texte dit:

"Aucun gentil ne doit pénétrer dans le parvis et au-delà de la barrière entourant le Temple. Quiconque serait pris sur le fait est entièrement responsable de sa propre mort."

Reconstitution

Photos : E. Pastore

Sur le pinacle du Temple se trouvait l'emplacement, indiqué par une inscription, où se tenait le joueur de shofar (trompette).

Photos : E. Pastore

Enfin, le Mur occidental de la vieille ville de Jérusalem, plus connu sous le nom de Mur des lamentations, est un vestige de ce second Temple. Son emplacement correspond à ce que les Juifs appellent l'Esplanade du Temple et les Musulmans l'esplande des Mosquées : on y trouve la mosquée al-Aqsa et le dôme du Rocher, ainsi que des jardins.

Vue sur le Mur Occidental et au-dessus l'esplanade des Mosquées

Texte 

 

  • A. Bertrand, Imago Mundi.

  • J. Vermeylen, La visite de la reine de Saba à Salomon, revue Graphè.

Inscrivez-vous pour recevoir les nouvelles publications !