Yémen

LE ROYAUME DE SABA

D'après le livre des Rois, la reine de Saba se rendit à Jérusalem afin de venir mettre à l'épreuve le roi Salomon, dont la renommée était parvenue jusqu'aux confins de l'Arabie: 

« 1 La reine de Saba apprit la renommée de Salomon et vint éprouver celui-ci par des énigmes. 2 Elle arriva à Jérusalem avec une très grande suite, des chameaux chargés d’aromates, d’or en énorme quantité et de pierres précieuses. Quand elle fut arrivée auprès de Salomon, elle lui proposa tout ce qu’elle avait médité, 3 mais Salomon l’éclaira sur toutes ses questions et aucune ne fut pour le roi un secret qu’il ne pût élucider. 4 Lorsque la reine de Saba vit toute la sagesse de Salomon, le palais qu’il s’était construit, 5 le menu de sa table, le placement de ses officiers, le service de ses gens et leur livrée, son service à boire, les holocaustes qu’il offrait au Temple de Yahvé, le cœur lui manqua 6 et elle dit au roi : “Ce que j’ai entendu dire sur toi et ta sagesse dans mon pays était donc vrai ! 7 Je n’ai pas voulu croire ce qu’on disait avant de venir et de voir de mes yeux, mais vraiment on ne m’en avait pas appris la moitié : tu surpasses en sagesse et en prospérité la renommée dont j’ai eu l’écho. 8 Bienheureuses tes femmes, bienheureux tes serviteurs que voici, qui se tiennent continuellement devant toi et qui entendent ta sagesse ! 9 Béni soit Yahvé ton Dieu qui t’a montré sa faveur en te plaçant sur le trône d’Israël ; c’est parce que Yahvé aime Israël pour toujours qu’il t’a établi roi, pour exercer le droit et la justice.” 10 Elle donna au roi cent vingt talents d’or, une grande quantité d’aromates et des pierres précieuses ; la reine de Saba avait apporté au roi Salomon une abondance d’aromates telle qu’il n’en vint plus jamais de pareille. 11 De même, la flotte d’Hiram, qui apporta l’or d’Ophir, en rapporta du bois d’almuggim en grande quantité et des pierres précieuses. 12 Le roi fit avec le bois d’almuggim des supports pour le Temple de Yahvé et pour le palais royal, des lyres et des harpes pour les musiciens ; il ne vint plus de ce bois d’almuggim et on n’en a plus vu jusqu’à maintenant. 13 Quant au roi Salomon, il offrit à la reine de Saba tout ce dont elle manifesta l’envie, en plus des cadeaux qu’il lui fit avec une munificence digne du roi Salomon. Puis elle s’en retourna et alla dans son pays, elle et ses serviteurs. » (1 R 10, 1‑13)

Le royaume de Saba apparaît dans la deuxième moitié du 8è s. av. J.-C. au moment où le commerce des aromates prend son essor. L’ambition de contrôler ce commerce caravanier a conduit les souverains de Saba à prendre le contrôle de l’ensemble des territoires de l’Arabie du Sud.

Cette volonté politique sabéenne transparaît pour la première fois dans la grande inscription laissée par le mukarrib (fédérateur) Yatha’’amar Watar, fils de Yakrubmalik, dans le dernier quart du 8è s. av. J.-C. Au 7è s., le royaume de Saba est à son apogée. Marib devient sa capitale.

Le roi Karib’il Watar est probablement « Karib’ilû roi de Saba » mentionné sous le règne du roi assyrien Sennachérib (705-681) comme l’auteur d’un don d’aromates et de pierres précieuses pour la fondation du temple de Bît Akîtu à Ninive au début du 7è s. 

Mais la puissance de Saba commença à décliner à partir du VIème siècle avant notre ère avec l’émergence d’un royaume voisin, Qatabân. La route de l’encens changea d'itinéraire, partant de Tamna et provoquant l’affaiblissement de Marib. 

Ni l'empire grec ni l’empire romain ne parvinrent jamais à s'implanter dans la péninsule. Après de brèves tentatives de retour en force, le royaume de Saba disparut progressivement entre le IIIème et le VIème siècles de notre ère.

 
 
 
Inscrivez-vous pour recevoir les nouvelles publications !