Géographie et cartographie
d'Israël et du Proche Orient ancien

atlas biblique, atlas théologique

 

La Bible présente d'importantes cartes verbales

Dans le récit biblique, il existe des passages dont on peut dire qu'ils fournissent des cartes verbales. La "Table des nations" de Genèse 10 est censée être une liste des descendants des fils de Noé après le déluge. Mais il apparaît rapidement que nombre des personnes nommées sont en fait des nations ou des peuples, parfois avec une indication de leur lieu de résidence (voir par exemple la description de l'étendue du territoire des Cananéens au verset 19). L'ensemble du chapitre est une tentative élaborée de "cartographier" le monde ancien dans lequel les histoires d'Abraham et de ses descendants sont sur le point de se dérouler. 

Une grande partie de la dernière partie du Livre de Josué comprend des listes de villes et des listes de frontières, censées être les attributions de terres aux différentes tribus par Josué après la prise des terres. Que ces listes reflètent une tentative ancienne de définir les frontières et les possessions semble intrinsèquement probable, même s'il est impossible d'être certain de leurs origines. Il est également probable qu'elles révèlent une prise de conscience, soit par les rédacteurs bibliques, soit par les responsables de leurs sources, de la manière dont certaines parties du territoire ont pu être reliées à d'autres géographiquement.

Mais surtout, dans leur contexte, les indications géographiques ont une fonction théologique. Elles montrent comment s'est accomplie la promesse faite par Dieu aux ancêtres (qu'ils auraient une terre dans laquelle leurs descendants pourraient habiter - par exemple, Genèse 17, 8). 

Carte biblique

Découvrez la carte vivante qui permet de situer les lieux mentionnés dans l'Ancien et le Nouveau Testament, ainsi que les références bibliques correspondantes.

De nature très différente, la carte verbale présentée à la fin du livre d'Ézéchiel. Le chapitre 48 envisage une future terre d'Israël, restaurée après les destructions successives du royaume d'Israël du nord par les Assyriens et du royaume de Juda du sud par les Babyloniens, et l'exil qui s'en est suivi. Le pays est organisé de manière très stylisée. Les tribus se voient attribuer des bandes de territoire latitudinales ("de l'est à l'ouest") successives, de Dan au nord à Gad au sud. Entre les territoires attribués à Juda et à Benjamin, il y a une partie "sacrée" ou "sainte", séparée du reste du pays. Au cœur de cette partie se trouverait le Temple. Le chapitre précédent a fait une déclaration remarquable sur le futur Temple (Ézéchiel 47, 1-12). De son seuil même coulerait un fleuve dont les eaux deviendraient de plus en plus profondes en s'écoulant vers l'est jusqu'à atteindre la mer Morte, donnant vie à ses eaux, permettant aux poissons d'y vivre et à la végétation de pousser sur ses rives. Une connaissance de la géographie réelle permet au lecteur d'apprécier la signification de l'affirmation théologique faite ici. Le Temple de Dieu à Jérusalem sera au cœur de la terre de Dieu et sera une source de vie.

Une géographie théologique

 

La signification théologique évidente de la présentation par Ezéchiel d'un Israël restauré soulève le fait qu'il existe un certain nombre de descriptions bibliques qui prétendent être géographiques, mais dont le but premier est théologique. La formulation de la promesse de Dieu à Abraham, qui inclut la déclaration qu'un territoire s'étendant du Nil à l'Euphrate serait donné à ses descendants (Gn 15,18), doit être lue comme l'expression de l'idée d'une Terre promise plutôt que comme l'indication d'un territoire effectivement occupé par des Israélites.

 

De même, dans le Nouveau Testament, lors de l'élaboration des récits évangéliques, certaines indications ouvertement géographiques peuvent avoir une signification théologique plus profonde. Dans Marc, tout le premier ministère de Jésus se déroule en Galilée. Le point central, au milieu du récit de Marc, est la déclaration de Pierre selon laquelle Jésus est le Messie (Marc 8,27-30). Cette déclaration a lieu à Césarée de Philippe, dans la partie la plus septentrionale du pays. Puis Jésus entreprend le voyage de l'extrême nord vers le cœur religieux du pays, Jérusalem, et vers sa mort. Luc aussi présente la vie de Jésus comme un voyage au cours duquel les disciples suivent leur maître. Cela peut être significatif de la notion lucanienne de christianisme comme "voie", mentionnée à plusieurs reprises dans les Actes des Apôtres (Ac 9,2 ; 19,9.23 ; 24,14.22).

Plus de ressources sur les lieux bibliques

Bible Atlas (BibleHub)

Recherche en ligne des lieux cités dans la Bible

Bible Atlas On Line (Access Fondation)

Cartes de l'histoire biblique par périodes à télécharger ici

Ouvrage complet en PDF à télécharger ici

Holy Lands Photos

Nombreux sites bibliques du Moyen-Orient en images

Holy Land sites review (Bible Walks)

Les sites à visiter en Israël

Photographies des sites bibliques (Mercaba)

Nombreux sites bibliques du Moyen-Orient en images

Bible Places

Nombreux sites bibliques du Moyen-Orient en images et présentations en power point pour les livres bibliques, chapitre par chapitre (payant)

La conscience de la géographie réelle permet d'apprécier comme théologiques certaines déclarations apparemment géographiques sur Jérusalem, et en particulier sur le mont Sion. Dans le psaume 48, 1-3, il semble être fait référence au fait que Sion est située "à l'extrême nord", mais cela n'a pas de sens géographiquement. Le mot hébreu pour "nord" est probablement dérivé du nom du mont Zaphon (l'actuel Djebel el-Aqra en Syrie) qui, selon les textes d'Ugarit, était la demeure des dieux et où Baal avait son palais. Le psalmiste ne situe pas Sion géographiquement, mais la revendique ou l'assimile à la demeure divine, c'est-à-dire le lieu où se trouve le Temple.

Dans le psaume 46,4, l'association probable de Jérusalem (bien que la ville ne soit pas nommée) à un fleuve avec des ruisseaux, rappelle davantage l'image d'Ézéchiel 47 que la situation réelle. Le petit ruisseau qui sort de la source du Gihon, la source de la ville de Jérusalem, ne correspond guère à la description. Mais il n'est pas exclu que cette représentation doive quelque chose à la tradition du fleuve qui sortait du jardin d'Eden et se divisait en quatre branches, dont l'une est nommée Gihon (Gn 2,10-14). Jérusalem est peut-être assimilée à l'Eden.

 

L'oracle conservé dans Isaïe 2,2 et Michée 4,1, parlant de l'avenir, envisage que "la montagne de la maison de Dieu" (c'est-à-dire Sion) devienne "la plus haute des montagnes" et "s'élève au-dessus des collines". Sion est en effet surplombée par des collines plus élevées, comme le mont des Oliviers. Ce qui est envisagé n'est pas un bouleversement géographique, mais une transformation théologique.

Jérusalem, le nombril de la terre (omphalos) ?

 

Dans ce contexte, il convient également de mentionner le fait que, dans la Bible, il y a quelques allusions possibles à la croyance qu'Israël, ou quelque part en Israël, en particulier Jérusalem, était le "nombril" ou le centre même du monde. Dans le livre d'Ézéchiel, les Israélites sont décrits comme ceux "qui vivent au centre de la terre" (Ez 38,12). Le mot hébreu traduit par "centre" et dans la traduction grecque, la Septante, le mot est rendu par omphalos ou "nombril".

La carte d'Ebstorf, une mappemonde T et O du 13e siècle de notre ère. Jérusalem figure en bonne plac
La carte d'Ebstorf, une mappemonde T et O du 13e siècle de notre ère. Jérusalem figure en bonne plac
press to zoom
Jérusalem est au centre - de «Itinerarium Sacrae Scipturae", de Heinrich Bunting, 1545-1606
Jérusalem est au centre - de «Itinerarium Sacrae Scipturae", de Heinrich Bunting, 1545-1606

Carte de Bunting, présentant une vision symbolique du monde pour l'Itinerarium Sacrae Scripturae (atlas d'histoire sainte), publié en 1582. Cette carte place Jérusalem au centre du monde et met en valeur l'Europe, l'Asie et l'Afrique et indique l'Amérique. La forme est un hommage du pasteur allemand Heinrich Bunting à sa ville natale, Hanovre, dont les armes portent une feuille de trèfle. Photo: site Larousse.

press to zoom
Carte du monde tirée du Psautier Carte (Map Psalter), vers 1265 (British Library)
Carte du monde tirée du Psautier Carte (Map Psalter), vers 1265 (British Library)
press to zoom
Les parties de la terre, Livres des Propriétés des Choses (De Proprietatibus rerum), enluminure du 1
Les parties de la terre, Livres des Propriétés des Choses (De Proprietatibus rerum), enluminure du 1
press to zoom
 

cartographie du levant ancien

Les écrivains de l'Antiquité ne fournissaient généralement pas de cartes avec les histoires qu'ils racontaient. Celles-ci doivent toutes être situées à l'intérieur du Croissant fertile, un terme inventé pour décrire une zone de territoire approximativement en forme de croissant qui était relativement fertile par rapport aux régions désertiques qui la bordaient. Le Croissant fertile avait à ses extrémités est et ouest les terres arrosées par les grands fleuves et leurs crues annuelles, le Tigre et l'Euphrate en Basse-Mésopotamie et le Nil en Égypte.

 

La partie centrale du "croissant", qui comprend en grande partie la Haute Mésopotamie et la bande côtière de la Méditerranée orientale, dépendait principalement de la pluie pour sa fertilité. La connaissance de l'étendue des terres fertiles de la région est d'une importance capitale pour comprendre certaines des traditions de la Bible et le contexte dans lequel elles s'inscrivent. Les voyageurs, qu'ils soient engagés dans le commerce ou à la recherche de nouvelles régions où s'installer, devaient rester sur les terres fertiles et éviter les déserts. Ainsi, ceux qui ont raconté l'histoire d'Abraham savaient que quelqu'un qui partait d'Ur (l'ajout de "des Chaldéens" montre qu'une localisation dans le sud de la Mésopotamie était envisagée), avec des troupeaux, et qui se dirigeait vers ce qui allait devenir Israël, ne voyagerait pas vers l'ouest, à travers le désert, mais devrait suivre l'Euphrate vers Haran avant de se diriger vers le sud le long de la côte méditerranéenne (Gn 11, 31-12, 9). De même, les armées, se dirigeant par exemple de la Mésopotamie vers l'Égypte ou vice versa, suivaient le Croissant fertile.

 

La bande côtière de la Méditerranée orientale était un pont terrestre entre l'Afrique d'une part et l'Asie et l'Europe d'autre part. Le contrôle de ce territoire était donc d'une grande importance commerciale et stratégique. La mort du roi judéen Josias s'inscrit dans le contexte de la marche vers le nord d'un pharaon égyptien qui cherche à aider le roi assyrien à repousser la menace croissante des Babyloniens (2 Rois 23,28-30).

the ancient near east

Carte: Access Foundation

Carte de Babylone

Une petite tablette conservée au British Museum, datant d'environ 600 avant J.-C., représente le monde connu, avec en son centre la ville de Babylone sur l'Euphrate. Le golfe Persique est représenté comme un fleuve encerclant les terres et, au-delà, de mystérieuses terres lointaines. La "carte" a été dessinée pour illustrer un récit des campagnes du roi Sargon d'Akkad dans la seconde moitié du IIIe millénaire avant notre ère.

Autres cartes anciennes

Cartes de Jérusalem

 

Une tentative relativement précoce de cartographier les terres de la Bible peut être observée dans le remarquable sol mosaïque, découvert vers la fin du XIXe siècle, dans une église byzantine de Madaba en Transjordanie, datant probablement du VIe siècle de notre ère. La carte comprend une représentation de Jérusalem, et montre plusieurs détails de la ville de Jérusalem telle qu'elle était à l'époque, notamment l'église du Saint-Sépulcre et d'autres églises, les rues bordées de colonnes, les murs et les portes de la ville. Elle incorpore un certain nombre de citations bibliques, et la carte a apporté une contribution significative à la connaissance de la topographie de la région.

Jérusalem, mosaïque de Mabada, 6è s.
Jérusalem, mosaïque de Mabada, 6è s.

La plus ancienne carte connue de Jérusalem, et la plus ancienne mosaïque, au sol, géographique, connue dans l'histoire de l'art. La mosaïque a été découverte en 1884, mais aucune recherche n'a été effectuée avant 18968. Elle a été largement utilisée pour la localisation et la vérification de sites dans la Jérusalem byzantine, tels que la porte de Damas, la porte des Lions, la porte dorée, la porte de Sion, l'église du Saint-Sépulcre et la tour de David. En 1967, des fouilles révèlent l'église Né

press to zoom
Carte d'Arculfe, 680
Carte d'Arculfe, 680

Plan de base du premier livre de De locis sanctis. La carte montre les sites chrétiens pertinents, les uns par rapport aux autres. Le plus ancien manuscrit connu, date du ixe siècle, deux siècles après le voyage d'Arculfe. C'est la plus ancienne carte connue de Jérusalem, avant la découverte de la carte de Madaba14. Arculfe passe neuf mois à Jérusalem avant de transmettre le récit de ses voyages à Adomnan, au profit d'autres pèlerins. Adomnan a écrit qu'Arculfe avait dessiné ses cartes et ses pl

press to zoom
Carte de Hague, 1170
Carte de Hague, 1170

La plus célèbre des onze cartes circulaires des croisés. La carte est de style décoratif avec des miniatures de croisés au combat.

press to zoom
Carte de Paris, 1100
Carte de Paris, 1100

Une carte ronde avec des images détaillées de bâtiments. Il s'agit de l'une des quatre cartes des croisades ayant un lien avec la Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum, à partir d'une copie du Liber floridus, détenue par la bibliothèque nationale de France. Elle présente une partie du texte de la Gesta Francorum autour et à l'intérieur de la carte. Elle semble dater du xiie siècle.

press to zoom
Carte d'Uppsala, 1100
Carte d'Uppsala, 1100

Une autre des quatre cartes des croisades ayant un lien avec la Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum. Elle se situe entre le Historia Hierosolymitana de Robert le Moine et la Gesta Francorum, présenté comme le dixième livre de l'Historia Hierosolymitana (en français : Histoire de Jérusalem), détenu par la bibliothèque de l'université d'Uppsala. Elle est redécouverte en 1995.

press to zoom
Carte de saint Omer, 1100
Carte de saint Omer, 1100

Carte circulaire, copiée à partir de la Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum. Carte se trouvant à Saint-Omer

press to zoom

Des récits de voyages de pèlerins

De nombreuses histoires anciennes sont associées à des lieux, et souvent ceux-ci ont été marqués d'une manière ou d'une autre. La tradition chrétienne d'ériger des églises pour marquer les sites des événements clés de la vie de Jésus est un exemple de l'association de traditions particulières à des lieux spécifiques. Ces églises étaient visitées par des pèlerins, dont certains ont laissé des récits de leurs voyages qui constituent également une source précieuse. Une autre source ancienne importante est l'Onomasticon, compilé par l'historien Eusèbe au début du IVe siècle de notre ère. Il a été traduit, avec quelques révisions, par Jérôme (Liber de situ et nominibus locorum hebraicorum) vers 390.

Les croisades ont ravivé l'intérêt pour l'emplacement des lieux saints en Palestine, et pour les pèlerinages vers ces sites. Certains de ces visiteurs ont laissé des récits de leurs voyages, parmi eux, Égérie.

Plus de ressources cartographiques

The Eran Laor Cartographic Collection

Cartes anciennes de la Terre Sainte et de Jérusalem

Cartes de villes anciennes (Historic Cities)

Cartes anciennes des villes historiques

Carte du monde romain (Orbis)

Toutes les voies de circulation romaines sur une carte virtuelle

Carte du monde romain (Harvard University)

Carte virtuelle du monde romain

Ancient World mapping Center

Créer ses propres cartes à partir de fichiers PDF téléchargeables et libres de droit

Cartothèque de l'Académie d'Aix-Marseille

Créer ses propres cartes à partir de fichiers GIF téléchargeables et libres de droit

 

géographie d'Israël

L’étendue de la terre promise

Le territoire réel occupé par l'ancien peuple hébreu/juif variait selon les époques. Une phrase biblique familière décrit le pays comme s'étendant "de Dan à Beersheba" (par exemple, Juges 20,1), une distance d'environ 240 km. Dans 2 Rois 23,8, il est dit que la région occupée par les villes de Juda s'étend "de Guéba à Beer-Schéba".

 

Ailleurs, la frontière sud est envisagée comme s'étendant jusqu'à Kadesh-Barnea (Nb 34,4), à quelque 72 km plus au sud. L'étendue septentrionale du territoire occupé par les Israélites est parfois décrite comme Lebo-hamath (par exemple, Nombres 34,8), une expression qui peut signifier "entrée de Hamath" et désigner la zone située entre les fleuves Oronte et Léontès, ou encore une ville (Lebweh) sur l'Oronte.


Dans 1 Rois 8,65, il est dit qu'à l'époque de Salomon, une fête à laquelle participait "tout Israël" était organisée "depuis Lebo-hamath jusqu'au Wadi d'Egypte". Le récit biblique suggère également que certaines tribus israélites ont occupé des territoires en Transjordanie.

Deutéronome 3,8 mentionne le territoire allant du Mont Hermon au nord jusqu'à la rivière Arnon à Moab. Il est également suggéré qu'à certaines époques, la domination israélite s'étendait à l'ensemble de Moab et d'Edom (cf. 2 Samuel 8). Selon le récit du règne de Salomon, le territoire qu'il contrôlait s'étendait au sud jusqu'à Ezion-Géber, sur le golfe d'Aqaba, et comprenait donc un important débouché commercial (1 Rois 9,26) ; ce territoire aurait également inclus les riches gisements de cuivre de l'Arabah.

 

Même beaucoup plus tard, la désignation "de Dan à Beer-Sheba" donne une idée assez précise du royaume d'Hérode, qui s'étendait des environs de Beer-Sheba au sud et englobait la Judée, la Samarie et la Galilée, allant presque jusqu'à Paneas au nord, près du site de Dan, et incluant des terres en Transjordanie.

Carte d'israël ancien

Carte: Access Foundation

Il en va de même pour l'époque dont il est question dans les Évangiles, où la province romaine de Judée et les tétrarchies d'Hérode Antipas et de Philippe s'étendaient de Beer-Sheba à Panéas, rebaptisée Césarée de Philippe.

Géologie 

 

La caractéristique la plus frappante des terres de la côte méditerranéenne orientale est le grand rift, résultat d'une faille géologique qui commence dans la vallée de l'Oronte au nord de la Syrie et se poursuit au sud entre les montagnes du Liban et de l'Anti-Liban, à travers la vallée du Jourdain, l'Arabie, le golfe d'Aqaba et la mer Rouge proprement dite, jusqu'en Afrique.

 

En raison de la présence de ce grand rift, qui s'étend parallèlement à la côte méditerranéenne orientale, il est devenu habituel de diviser la région de l'actuel pays d'Israël en quatre zones longitudinales principales : les plaines côtières, les collines centrales, la vallée du rift et les collines orientales ou Transjordanie.

La roche qui sous-tend l'ensemble de la région est le granit, et une fissure dans le bloc de granit massif a entraîné la formation de la vallée du Rift. Les principales roches de surface sont le calcaire, la craie et le basalte. Le calcaire prédomine dans le pays des collines. Il résiste à l'érosion, mais finit par s'altérer en un sol rougeâtre. La craie en surface est facilement érodée et usée pour former des vallées dans lesquelles les routes peuvent passer. Elle est à l'origine d'importants passages à travers les collines, notamment ceux qui traversent les collines du Carmel, et de ce que l'on appelle le "fossé" de Judée, une vallée qui sépare les collines de Judée du Shephelah. On trouve le basalte, une roche volcanique dure, en Galilée et dans le nord de la Transjordanie.

Les principales régions géographiques de la Palestine

 

Les plaines côtières

 

Les falaises de Ras an-Naqura, également appelées "échelle de Tyr", qui séparent la plaine de Phénicie au nord de la plaine d'Akre au sud forment une frontière naturelle. La plaine d'Akre atteint le point où le promontoire calcaire du Carmel s'avance dans la Méditerranée et la plaine est réduite à une bande côtière extrêmement étroite avant de s'élargir quelque peu pour former la plaine de Dor qui s'étend jusqu'à la rivière Crocodile (Wadi Zerqa), autour de l'embouchure de laquelle se trouvait une zone marécageuse.

Au sud de celle-ci se trouve la plaine de Sharon, beaucoup plus large, autrefois très boisée. La limite sud du Sharon était la vallée d'Aijalon, par laquelle passait la route vers le port de Joppé.

L'un des faits apparemment surprenants concernant les anciens Hébreux est que, bien qu'ils soient installés le long du littoral, ils n'étaient pas des marins, contrairement à leurs voisins du nord, les Phéniciens. La raison en est probablement qu'il y avait peu de ports naturels.

 

Une autre caractéristique des plaines côtières, en particulier dans le sud, est la présence de dunes de sable qui s'étendent parfois sur une certaine distance à l'intérieur des terres. Mais il y avait un port à Joppé, mentionné dans l'histoire de Jonas comme le point d'embarquement de son malheureux voyage en mer (Jonas 1,3). Finalement, Hérode le Grand fit construire un port à Césarée (Maritime).

 

Au sud de la plaine de Saron se trouve la plaine de Philistie, ainsi nommée parce que c'est là que les Philistins s'étaient installés.

côte maritime palestine

Carte: Access Foundation

La région centrale des collines

 

La Galilée, section la plus septentrionale du pays des collines, est un prolongement de la chaîne du Liban. Elle est généralement subdivisée en Haute Galilée, dont la montagne la plus élevée, le Jebel Jermaq, culmine à 1 300 m, et en Basse Galilée, aux pentes plus douces et aux vallées fertiles plus larges.

 

Au sud, la ligne de collines est interrompue par la plaine de Megiddo ou Esdrelon, une zone de forme approximativement triangulaire qui reliait la plaine d'Akre à la vallée de Jezréel et à la vallée du Jourdain. Le sommet du triangle est marqué par l'imposant dôme calcaire du Mont Tabor, et la base est formée par les collines du Carmel qui relient le promontoire à la région d'Ephraïm.

 

La région des collines d'Ephraïm (parfois subdivisée en Ephraïm et Manassé) est une zone de collines calcaires ondulées et de vallées, mais à l'est de la ligne de partage des eaux, les terres sont en grande partie sauvages. Les capitales successives du Royaume d'Israël du Nord (Sichem, Tirzah et Samarie) étaient situées dans cette région.

 

Au sud se trouve le pays des collines de Juda, séparé des plaines côtières par les contreforts du Shephelah ; le nom signifie "plaine", il a donc dû être donné dans la perspective du pays des collines plus élevées. Dans l'ensemble, la région est plus accidentée que celle d'Ephraïm, et elle s'effondre à l'ouest dans une zone connue sous le nom de désert de Juda, encore plus désolée que celle située plus au nord. Les capitales du sud, Hébron et Jérusalem, se trouvent au cœur de la montagne de Juda.

 

Plus au sud, au-delà de la vallée de Beer-Sheba et de la vallée du sel, les collines se poursuivent dans le Néguev, une région de steppes en grande partie inhospitalière, mais où l'on pouvait pratiquer quelques cultures et une agriculture limitée.

plaine centrale palestine

Carte: Access Foundation

La vallée du Rift

Dans les environs de Dan se trouvent les sources du Jourdain, alimentées par les eaux du Mont Hermon, au nord-est. De ces sources, les eaux se déversent dans le bassin de Huleh où, à l'époque biblique, il y avait un lac dont le nom grec était le lac Semechonitis.

 

De Huleh, 68m au-dessus du niveau de la mer, le Jourdain descend vers la mer (ou le lac) de Galilée ou de Tibériade (ou Chinnereth), qui se trouve déjà à 212m au-dessous du niveau de la mer. Le nom "Jourdain" est probablement lié à une racine qui signifie "descendre", ce qui rend le nom très approprié. La descente se poursuit au sud de la mer de Galilée, alors que le fleuve continue de descendre vers la mer Morte, dont la surface se trouve à près de 400 mètres au-dessous du niveau de la mer et dont le point le plus profond se trouve encore à 400 mètres plus bas.

 

Entre la mer de Galilée et la mer Morte, le Jourdain traverse une vallée connue sous le nom de Ghor, dans laquelle il a formé une plaine d'inondation inférieure, le Zor, une zone de végétation épaisse et probablement celle qui est décrite dans Jérémie 12,5 comme la "jungle du Jourdain". Cette partie du fleuve est caractérisée par ses méandres. La distance " à vol d'oiseau " entre la mer de Galilée et la mer Morte est d'environ 105 km, mais le fleuve parcourt près de 320 km pour couvrir cette distance.

 

La caractéristique la plus remarquable de la mer Morte est le niveau extrêmement élevé de salinité de son eau, environ six fois la teneur en sel des océans, si élevé qu'aucune vie marine ne peut y survivre. Cette salinité est due presque entièrement à l'évaporation.

 

Au sud de la mer Morte, la vallée du rift continue sur 160 km jusqu'au golfe d'Aqaba. Cette région est connue sous le nom de Arabah, bien que cette désignation soit parfois utilisée en référence à l'ensemble de la vallée du Rift au sud de la mer de Galilée.

vallée du rift palestine

Carte: Access Foundation

Transjordanie

 

Une grande partie du territoire situé à l'est du Jourdain est constituée de plateaux relativement élevés, divisés par quatre grands fleuves. En raison de sa hauteur, il reçoit une quantité importante de précipitations, bien que celles-ci diminuent plus à l'est et que les terres deviennent désertiques. Au nord du fleuve Yarmuk, qui rejoint le Jourdain juste au sud de la mer de Galilée, Bashan est la partie la plus large de la bande fertile, connue pour ses produits et son bétail (Dt 32,14 ; Amos 4,1). À l'est de Bashan se trouve Leja (dont le nom grec était Trachonitis), une région accidentée de collines basaltiques. Au sud du Yarmuk se trouve le territoire de Galaad, divisé par le fleuve Jabbok.

 

Cette région était également réputée pour son bétail (par exemple, Nombres 32,1 ; Ct 4,1 ; 6,5) et est mentionnée aux côtés de Bashan dans Michée 7,14 dans un contexte qui suggère qu'ils étaient réputés pour leur fertilité. Plus au sud se trouvent des régions qui, à l'époque dont rend compte la Bible hébraïque, étaient des royaumes distincts. À l'est et au sud de Galaad se trouve le territoire d'Ammon. Plus au sud encore, et à l'est de la mer Morte, se trouve Moab, traversé par le fleuve Arnon.

 

Le récit biblique rapporte que Moab était connu comme un centre d'élevage de moutons (2 R 3,4), et le livre de Ruth s'ouvre sur une référence aux gens de Juda qui y cherchaient refuge en période de famine (Ruth 1,1). La région accidentée d'Edom est séparée de Moab par la vallée du Zered et au sud de la mer Morte.

Peuples du Levant

Carte: Access Foundation

Les routes principales

 

La région de Palestine est une sorte de pont terrestre entre l'Afrique et l'Arabie d'une part, et entre l'Anatolie et la Mésopotamie d'autre part. La région était traversée par des routes importantes, dont le tracé était déterminé par la configuration du terrain.

 

La route la plus importante était la "route de la mer" (Isaïe 9,1). De l'Égypte, elle se dirigeait vers Gaza et traversait ensuite la plaine de Philistie, suivant la ligne de la côte puis s'enfonçant dans les terres en longeant les collines. Les collines ont fini par former une barrière à mesure qu'elles se rapprochent de la côte au promontoire du Carmel, de sorte que la route passe par le col de Megiddo pour entrer dans la plaine de Megiddo ou Esdraelon. De là, elle se dirigeait vers l'extrémité nord de la mer de Galilée, traversait le Jourdain aux environs de Hazor, au sud du lac Huleh, et se dirigeait vers Damas, en longeant les contreforts du mont Hermon.

 

L'autre grande route sud-nord de la région était la "route des Rois" (Nb 20,17 ; 21,22), qui partait du golfe d'Aqaba, traversait les collines d'Édom, de Moab et de la vallée de l'Olympe, et se dirigeait vers Edom, Moab et Ammon, en Galaad et de là vers Damas.

La route des Rois, Jordanie, Emanuelle Pastore

Sur la route des Rois, Jordanie.

Photo: E. Pastore

Il y avait également une autre route qui traversait les collines centrales, reliant un certain nombre de villes importantes : Beer-Sheba, Hébron, Jérusalem, Béthel et Sichem. Elle se divisait ensuite en deux branches, l'une se dirigeant via Samarie et Ibleam vers la plaine de Megiddo (Esdraelon), l'autre se dirigeant vers la vallée du Jourdain via Beth-Shan.

 

Ces routes nord-sud et la côte étaient reliées par un certain nombre de routes est-ouest, qui suivaient souvent le tracé des vallées dans la région des collines. De nombreuses villes importantes étaient établies aux carrefours ou à des points stratégiques contrôlant les routes de la vallée vers les collines.

Route des Rois
Routes marchandes de l'Antiquité

Cartes: Access Foundation

Faites un don.png